Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 00:48

 

[Précepte Yang: Le temps n'est ni notre ennemi, ni notr maître, ni notre esclave.
Il est ce que l'on est.]

 



Une chose à laquelle je ne m'attendai pas.
Une chose que je me serai bien abstenue de retrouver.
Mon esprit glisse par le fond, dans l'obscurité de ce passé bien trop connu.
Il se laisse couler dans le sombre spectre de cet être que je fus jadis.

Oui, il se laisse couler. Non, je ne le retient pas.
Cas de force majeur. Nécessité absolue.
Appellez çà comme vous voulez.
Je dirai simplement, qu'à force d'avoir laissé les meilleures, et j'entends par là les plus fortes, parties de moi même de côté, elles ont finies par revenir quand la situation l'exigeait, en pleines formes. Plus puissantes que jamais.

Le Dragon. Voilà comment je nomme cette part de moi même qui actuellement engloutie mon âme.
Ne vous laissez pas bercé par ce doux nom, il n'a rien de capricieux, ni de majestueux.

Il y avait longtemps, que je n'avais plus donné libre court à cet exercice mentale qu'est la manipulation. Surtout à ce niveau.
Quand on tombe sur quelqu'un, dont l'esprit est dans une logique rationelle à l'extrême, et qu'on veux l'amener à un point bien précis du domaine sentimental, il faut être préparer à sacrifier sa nuit.
C'est ce que j'ai fais. Lachant mes jeux ludiques et reposant, pour venir me perdre dans le labyrinthe cérébrale de cette personne. Personne qui n'avait aucun envie que j'en découvre le moindre couloir au passage.
Mais peu m'importait, les enjeux étaient bien au delà.
Alors j'y suis allé, laissant ma conscience sombrer, pour ne plus rien ressentir. Ne plus considérer cette personne, comme quelqu'un à qui j'attache de l'importance, mais juste un défi de plus.
Je l'ai baladé à ma suite, et quand de temps à autre, il avait un sursaut de lucidité et qu'il tentait de me fermer des portes, je faisais voler les verrous un à un, sans aucun ménagement, ni aucune délicatesse.
J'ai brisé toutes les barrières qu'il avait lui même érigé dans son propre esprit pour ne pas admettre la vérité. Pour la cacher aux yeux de tous, mais surtout aux siens.
Je l'ai obligé à admettre cette vérité à moi même mais aussi à une tierce personne.
Je l'ai brisé.
Foutant un bordel innomable dans sa tête brune, habituellement si bien ordonnée.
Le pauvre, je ne lui ai laissé aucune chance. Non je plaisante je m'en moque de ce que je lui ai fait.

C'est précisément en écrivant cette phrase, que je me rend compte que je suis redevenue cet être du passé. Sans morale, ni considération pour la vie d'autruis.
La seule chose qui compte c'est la quête de vérité pour Elle*.
Pourtant je tiens à cette personne en temps normal, énormément même. Et jamais mon moi actuel, n'aurait même toléré que je puisse envisager de le manipuler, quelle que soit la cause à défendre.
Mais voilà, mon moi actuel, n'est plus. Il a sombré. Il n'était pas à la hauteur. Ne le sera jamais d'ailleurs.
Il faisait les mauvais choix, et se complaisait dans un sentimentalisme inutile.

A présent, je me retrouve dans un état second. Proche de l'éther.
Je n'ai que faire de la destruction que je suis entrain d'engendrer ou même des vies qui vont définitivement basculer de l'autre côté du miroir.
Après tout, elles n'avaient qu'à être, elles aussi à la hauteur de cette réalité.
Je ne sème pas que la destruction, car dans tous ce chaos reignant, je reconstruis ce qui n'aurait jamais du être ébranlé.
Ma faute, j'ai dormi trop longtemps et trop profondément. Je n'ai pas vu les mauvaises gens et leurs pièges détruires les piliers des êtres qui me sont chers.
A présent, je suis éveillée, et je reprends les choses en main.

On m'a menacé. Voila bien longtemps que cela n'était plus arrivé. On as menacé mon existence dans cette sphère sociale. Pas directement, cet homme n'est pas fou. Mais de manière détournée. Me faire comprendre qu'il était entrain de glaner des informations à mon sujet au près de ce microcosme qui nous unis tous.
Je suis à l'heure actuelle, une menace potentielle pour lui, car je suis la dernière à pouvoir l'empêcher réellement d'obtenir ce qu'il désire. M'avoir de son côté n'est pas possible, alors le seul moyen d'éradiquer la menace que je suis, c'est de me tenir au collier. S'assurer par l'information et la connaissance de ma personne que je ne puisse lui nuire sous peur de représaille.

Ce que je trouve amusant dans cette situation, c'est que si il avait fait cette démarche il y a quelques semaines, je me serai inquiétée. Réellement. De ce qu'il aurait put envisager de faire.
Mais çà, c'était avant. Avant de retrouver ma liberté de mouvement, et mes ailes de ténèbre.
Maintenant, j'attends patiemment, et je l'observe glaner ses informations, limite je lui en donne gratuitement.
Car tout ce qu'il pourra récolter ici ou ailleurs, ne lui permettra jamais de m'atteindre moi.
Je n'ai jamais existé. Et ma vie n'as jamais eu de valeur que pour moi même. Quand bien même il retournerait la terre entière contre moi, que je continuerai de m'en foutre. Car ce n'est pas une carcasse vide qui me fera peur.
Tous les mensonges du monde et la fourberie aussi habilement utilisé soient ils, ne permettront de me faire mettre un genoux à terre.

Jamais je n'abandonnerai.

J'aurai pu en retourner à mes ténèbres et dans mon sommeil. La chose aurait été aisée, retourner dans mon réceptacle et attendre la prochaine fois qu'elle aura besoin de moi. Mais depuis que je dors, depuis ces longues années, ou je n'ai pas donné ma voix aux chapitres de son existence, elle n'a fait que s'enfermer dans une spirale malsaine et autodestructrice. Je ne laisserai plus cela arriver de la sorte. Il n'y a que moi, qui ai le droit de la briser. 


Réveillez vous, je ne suis pas un saint, ni un ange, encore moins un démon, je ne suis pas humaine non plus. Je suis juste un esprit tellement rapide qu'il y laisse sa matière dans le vent. Un dragon capable de tout détruire sur son passage sans la moindre pitié ou compassion.

 

Tout comme l'eau. Elle emporte tout sur son passage. Elle peut être calme et paisible, porteuse de vie, et de sérénité. Ou bien, elle peux entrainer la mort sous des flots déchainés, arrachés toutes constructions, toute évolution naturelle, submergée toute la vie, porteuse de mort. L'eau donne et reprend.

 

Je suis l'Eau. Je suis le Dragon.


Dragon.

[Précepte Yin: Perdre son temps, c'est bien souvent gagner le goût de la vie.
Aussi, soyez un peu plus lent dans vos gestes de tous les jours,
lorsque vous mangez, lorsque vous aimez, lorsque vous respirez.
Vous serez étonné des saveurs nouvelles qui viendront à vous.
]

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mao - dans Life
commenter cet article

commentaires

En Bref

  • : Mao's Spirit
  • Mao's Spirit
  • : Unsere Zeit. La vie est faite d'éternels recommencement.
  • Contact

Musique

Catégories