Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 20:36

[Précepte Yang: Une porte ouverte est synonyme d'énergie yang.]


Parce que j'aimerai me plonger dedans jusqu'à m'en noyer
et ressentir la vie m'inonder à nouveau.


 


 

Regardes pas les affiches

Fais pas gaffe aux signaux

Mets bien tes mains sur tes oreilles

Quand t’entends rire les narvalos / sauvagement

Ceux qui portent leur membre à bout de bras

Qui te disent qu’un cul ça s’attrape / ou ça n’est pas

 

De quoi t’as peur ?

Alors dis leur que ton machin est contrarié

Que parfois quand une fille te parle

Tu sens tes billes se rétracter

Depuis que cartonne au box-office

La grande idée / selon laquelle / la compassion / c’est dépassé

 

Dis-leur que tu te sens seul

Et que tu sais plus quoi faire pour trouver un peu de chaleur humaine :

Aller au bois pour que quelqu’un / accepte enfin

De toucher ton zob

Tripoter de la lycéenne

Porter des robes ?

Te trémousser en talons hauts comme un gogo

Puis arpenter les ruelles sombres en secouant ta clochette

 

C’est un peu à cause de tout ça si tous les soirs / c’est la même histoire

Métro / apéro / lexo / clopes et pornos à l’ancienne

Sur lesquels tu t’entraînes rageusement

Même si ça fait longtemps que ça t’amuse plus vraiment

 

Mais il faut pas que tu désespères

Perds pas espoir

Promis juré qu’on la vivra notre putain de belle histoire

Ce sera plus des mensonges

Quelque chose de grand

Qui sauve la vie / qui trompe la mort / qui déglingue enfin le blizzard

 

Imagine-toi : t’es là / en train de te reprendre un verre au bar

Quand tout à coup tu croises un regard / qui te perfore de part en part

Imagine-toi : t’es là / ça te tombe dessus / sans crier gare

Un truc bandant / un truc dément / qui redonne la foi

Un truc comme ça :

 

« Bonsoir / quelle chance de se croiser ici

Bonsoir / bonsoir / je voudrais partager tes nuits »

 

Tu connaîtras les nuits fauves / je te le promets

Elle sera tigre en embuscade quand tu viens te glisser sous ses draps

Tandis que toi / tu feras scintiller tes canines / lorsqu’elle enlève le bas

Elle t’offrira des feulements dans sa voix lorsqu’elle reprend son souffle

Qui s’échappent dans la cour pour aller faire gauler la Lune

Des coups de bélier / invoqués comme un miracle

Et qui veulent dire : « Si tu t’arrêtes, je meurs »

Toutes ces choses qui te la feront raidir / rien qu’à te souvenir

Pour le million d’années à venir

 

Malheureusement / tout ce qu’on t’offre pour l’instant

C’est des chattes épilées / et des seins en plastique / en vidéo

C’est terrifiant

Tout le monde veut la même chose

Même les travelos rêvent du prince charmant

Et pourtant / on passe notre temps

A se mettre des coups de cutter dans les paumes

A trop mentir / à force de dire :

« Par pitié, range la guimauve

Ecarte les jambes, je t’en supplie, me parles pas…

Laisse-moi seulement kiffer mon va-et-vient de taulard

Et m’endormir direct moins de trois minutes plus tard »

A force de faire tout ça, on croyait quoi ?

On se meurtrit / on fait l’amour comme on s’essuie

Quel gaspillage

Mais il faut pas que tu désespères

Perds pas espoir

Promis juré qu’on la vivra notre putain de belle histoire

Ce sera plus des mensonges

Quelque chose de grand

Qui sauve la vie / qui trompe la mort / qui déglingue enfin le blizzard

 

Imagine-toi : t’es là / en train de te reprendre un verre au bar

Quand tout à coup tu croises un regard / qui te perfore de part en part

Imagine-toi : t’es là / ça te tombe dessus / sans crier gare

Un truc bandant / un truc dément / qui redonne la foi

 

Offre-moi dès ce soir

Ta peau brune et tes lèvres mauves

Tes seins / tes reins / tes cheveux noirs

Et qu’on se noie dans les nuits fauves

 

En échange de tout ça

Je t’offre ce dont je dispose

Mon corps / mon âme / prends tout / tout de suite

Et qu’on se noie dans les nuits fauves

 

Et tant pis si on nous prend pour des demeurés

Bien sûr qu’on sait qu’ici c’est pas Hollywood

Sauf qu’aux dernières nouvelles

Le fantasme c’est encore gratuit

 

C’est pour ça qu’on se réfugie dans nos pensées

Qu’on ferme les yeux très fort / jusqu’à voir des couleurs

En attendant que ça passe

 

Y a que comme ça qu’on peut rêver de caresses au réveil

Et de regards qui veulent dire : « T’inquiètes plus, t’inquiètes plus »

De coups de poings dans le cœur

De 40e qui rugissent dans nos poumons / à faire sauter les côtes

De torrents dans nos veines

D’une épaule pour pleurer sans honte

Et d’une oreille pour tout dire

Tout dire / toujours / quoiqu’il arrive

De serments argentés prononcés face au rayon vert :

« Est-ce que tu veux m’épouser ? Vivre et mourir à mes côtés ? »

 

On rêve de réapprendre à respirer

Que la médiocrité qui nous accable

Aille se faire enfler au Pakistan

On attend désespérément celui ou celle

Qui apaisera d’un doigt nos muscles noués

Et nos encéphales en sous-régime

On attend désespérément celui ou celle

Qui fera battre notre cœur

Plus grand

 

C’est pour ça qu’il faut pas que tu désespères

Perds pas espoir

Promis juré qu’on la vivra notre putain de belle histoire

Ce sera plus des mensonges

Quelque chose de grand

Qui sauve la vie / qui trompe la mort / qui déglingue enfin le blizzard

 

Imagine-toi : t’es là / en train de te reprendre un verre au bar

Quand tout à coup tu croises un regard / qui te perfore de part en part

Imagine-toi : t’es là / ça te tombe dessus / sans crier gare

Un truc bandant / un truc dément / qui redonne la foi / un truc comme ça

Yankee Mao.

 

[Précepte Yin: Celui qui est simple est riche, celui qui est dans l'ombre rayonne,
celui qui sait sentir le vide à l'intérieur de lui aura une vie heureuse et prospère.]

Repost 0
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 22:07

[Précepte Yang: Se compléter l'un l'autre ne signifie pas s'enchaîner l'un à l'autre.]

 

 

 

On y a cru, mon amour, que ça nous arriverait.
Un aller en première pour l'idylle inégalée.
On la voulait l'histoire, on pensait l'avoir méritée,
Alors tu m'as ouvert ton coeur et j'ai plongé sans hésiter.
Tu savais que j'étais pas étanche.
Dans l'ivresse des profondeurs, je voyais comme une dernière chance
Sans m'estimer à la hauteur de pénétrer ton existence.
Mais on se trouvait si beaux dans le miroir que nos regards nous offraient,
Au grand jamais on y verrait un pavé dans le reflet.
C'était tellement surnaturel et évident,
Qu'on aurait traversé la mer à pieds sans se demander comment.

On y a cru c'est vrai,
Mais peut-être pas assez.
Maintenant va savoir quand va nous passer
Le sale goût amer dur à avaler.

T'étais ma viscérale, ma fiancée de Frankenstein,
Ma madame rêve.
Celle qui fait monter la sève et tomber la pression.
Tu semblais me réanimer me ramener à la raison.
Avant toi j'étais zombie, Prince de Valachie,
Comme une momie qui s'étiolait dans des fondations avachies.
Prêt à mourir encore cent fois pour goutter ta substance,
Je t'ai dévoré à outrance.

On y a cru d'accord,
Peut-être même un peu trop fort, dans nos cris dans nos corps.
Va savoir à quelle heure s'éclipseront les remords.

Pour toi, j'aurais voulu soulever des montagnes,
Mais je suis du genre à baisser les bras devant un tas de sable.
Dans mon bac à râteaux, pas de quoi faire un château,
Seulement un grain écrasé dans un étau.
Quand tendrement tu prenais ma tête entre tes mains,
Moi je me la prenais moins et ça me faisait du bien.
Mais ma connerie, ma folie, mes manières de gamins,
T'ont poussés, ma chérie, à écrire le mot « fin ».
Et me voilà dans mon coin
À chialer comme un con.
Il me fallait au moins ça pour que je t'écrive encore une chanson
Et que j'apprenne que l'amour ne sert pas de remède.
J'étais trop ignorant pour te prendre sans te perdre.

On y a cru c'est vrai,
Mais peut-être pas assez.
Maintenant va savoir quand va nous passer
Le sale goût amer dur à avaler.

Je te souhaite l'extase avec un autre que moi, mais pas tout de suite.
Qu'un prince charmant te rende visite et heureuse,
Mais quand même pas trop vite
Et subsiste l'espoir que quelque part dans ta mémoire cachée,
Mon nom ne soit pas sur liste noire mais sur papier glacé.
Qu'il te revienne avec des souvenirs à consumer.
Si jamais un soir la chaleur venait à manquer.

On y a cru d'accord,
Peut-être même un peu trop fort, dans nos cris dans nos corps.
Va savoir à quelle heure s'éclipseront les remords.

 

 

 

Au passé comme au présent, je conjugue cette chanson.
Ma vie est une succession d'évènement répétés et répétitifs.
Comprendra qui pourra... 

 

Yankee Mao.


[Précepte Yin: Faites des confitures.
Regardez fondre les fruits et le sucre tout en pensant à ceux que vous aimez.
Ensuite, offrez-leur des pots de cette délicate attention.]

Repost 0
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 22:20

[Précepte Yang: Écouter l'autre, c'est être capable de l'entendre respirer et lui permettre de vivre ses silences.]


 

Si j'étais moi,
Ni la montagne à gravir,
Au bord du vide, la neige à venir
Ne me feraient peur.

Si j'étais moi,
Ni les pages à écrire,
Ni de trouver les mots pour le dire,
Ne me feraient peur.

Mais je me lâche la main,
Je m'éloigne de moi.
Je me retrouve au matin,
Sur la mauvaise voie.
Quand on se perd en chemin,
Comment venir à bout,
De ces efforts inhumains,
Qui nous mènent à nous.

Si j'étais moi,
Ni la femme que je suis,
Ni même l'homme qui dors dans mon lit,
Ne me feraient peur.

Si j'étais moi,
Ni les démons que je cache,
Les idées noires, les flammes que je crache,
Ne me feraient peur.

Mais je me lâche la main,
Je m'éloigne de moi.
Je me retrouve au matin,
Sur la mauvaise voie.
Quand on se perd en chemin,
Comment venir à bout,
De ces efforts inhumains,
Qui nous mènent à nous.

Me ramène à si…j'étais moi,
Tout ce que j'ai sur le cœur,
Ce que je fais de pire et de meilleur,
Ne me feraient peur.

Si j'étais moi,
Ce que je fais de pire et de meilleur,
Ferait mon bonheur.

Si j'étais moi.... 

 

Il y a un moment que je n'avais plus de chanson qui avait ce pouvoir de me prendre aux tripes. J'ai même eu la crainte passagère de devenir insensible à la musique.
Heureusement, il n'en est rien. C'est un peu par hasard que je me suis repenchée sur cette artiste. J'ai laissée les chansons défilées.
Et avant même d'entendre les premières paroles, la simple audition des notes de piano, a suffit à me tétaniser.
Un grand silence à l'intérieur de mon être c'est alors crée, et les paroles se sont gravées dans mon âme. Cette impression de partir loin, de tomber dans le vide.
Tout lâcher, et laisser les autres exprimer par des mots, des choses que j'étais incapable de formuler.
Et depuis çà tourne en boucle, dans mes oreilles, comme dans ma tête. Une ritournelle sans fin. Elle pourrait me rendre folle, si elle ne me collait pas autant à la peau. Si chaque notes ne sonnaient pas aussi justement à mes tympans. Si chaque mots, ne raisonnaient pas si parfaitement dans mon esprit.

Depuis quelques temps, je me posait beaucoup de question. Sans être forcément capable de trouver des réponses adéquates.
Je ne regrette en rien mes actions. J’avais mes raisons. Au final, Il* avait encore raison, ce n’est pas aux autres que j’ai des choses à prouver, mais bien à moi même.
Quand je pars de ce fait, tout est d’une logique implacable.
Les questions étaient quand même présentes. Les réponses demeuraient absentes.
Qu’est ce qui as changé depuis ?
J’ai été blasée par l’indécence et la perfidie de la situation. Quand on établit des règles, on les respectes, ou alors on les change en accord avec les autres. Sinon, je met fin au jeu. Je pars simplement.
Une rencontre. Fortuite. Inattendue. Etrange. Un autre jeu mis en place. Pas de règle.
Je pensais que ce serait ponctuel. Mais non, je me suis trompée. J’en suis contente.
Des réponses ont été trouvées.
De nouvelles questions viennent se poser.

Je prend des routes différentes chaque semaine. Toujours en accord avec ma façon de penser. C’est la chose la plus étrange. Comment en partant d’une même base je peux enchaîner les directions opposées ?
Mes envies seraient elles aussi changeantes que mes humeurs ? La forme serait elle aussi malléable ? Et ce fond qui refuse toujours de bouger au grand damne de certains.

Apprendre à lire entre les lignes, savoir déceler la vérité. Chez soi, avant de le faire chez les autres. Peut être est ce pour cela que mon empathie n’est plus aussi efficace.
Peut être suis je réellement entrain de me perdre…
Peut être… 

 

Yankee Mao.

 

[Précepte Yin: Se réconcilier, c'est permettre une nouvelle rencontre avec celui que l'on connaissait déjà.]

Repost 0
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 03:58

[Précepte Yang : Ne jugez pas, contemplez.
Ne rejetez pas, regardez.
Ne méprisez pas, écoutez.]

 

Un instant, hors du temps.
Un instant volé. Un instant gravé. Un instant vécu. Un instant en musique.
Un instant magique.
3 minutes de bonheurs et de rêve.

C'est une mélodie, qui vous transporte, ailleurs. Juste, ailleurs. Et moi, j'aime çà.

La basse vous savez, pour moi c'est un instrument magique. Tellement puissant et profond. Si doux et chaleureux. Il peut se faire violence comme caresse.
J'aime la basse.

Ce morceau, est magique. Il coule de source. Mélancolique sur le début, on pourrait croire que l'espoir est mort. Une douce danse emprunt de nostalgie nous transporte, c'est emplit de tristesse et pourtant ça nous enrobe comme un voile de soie, nous recouvre entièrement. Puis lentement le voile glisse sur notre peau, et laisse place à une imperceptible chaleur qui deviens de plus en plus grande. La tristesse s'en va tranquillement laissant place à cet espoir que nous croyions perdu. Quelque chose d'envoûtant, qui nous emmène dans une danse plus rapide et mystique. Elle est chaleureuse cette danse, et nous ne nous sentons pas seule.

Un même morceau peut renfermer plusieurs facettes. J'aime ce morceau aussi pour çà.

Je suis tombée amoureuse de ce morceau.

 



 
Mao.

  
[Précepte Yin: Le regard de ceux que vous aimez est comme un puits sans fond.
Dans ses profondeurs dansent l'amour et la vie,
la colère et la joie, l'intolérance et le pardon.
Plongez-y aussi souvent que vous le pouvez.
Vous n'en serez que plus vivant.]

Repost 0
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 21:29
[Précepte Yang: La fièvre brûle les maladies comme l'ardeur brûle la paresse.
Le rire éteint les pleurs comme la force éteint la faiblesse.]




[Intro]
Lately I've been hard to reach
I've been too long on my own
Everybody has a private world
Where they can be alone
Are you calling me
Are you trying to get through
Are you reaching out for me
I'm reaching out for you

[Verse 1]
I'm just so fucking depressed, I just can't seem to get out this slump
If I could just get over this hump, but I need something to pull me out this dump
I took my bruises, took my lumps, fell down and I got right back up
But I need that spark to get psyched back up, in order for me to pick the mic back up
I don't know how or why or when, I ended up in this position I'm in
I'm startin' to feel distant again, so I decided to just pick this pen
Up to try to make an attempt to vent, but I just can't admit
Or come to grips with the fact that I may be done with rap, I need a new outlet
And I know some shits so hard to swallow, but I just can't sit back and wallow
In my own sorrow, but I know one fact, I'll be one tough act to follow
One tough act to follow, I'll be one tough act to follow
Here today, gone tomorrow, but you got to walk a thousand miles

[Chorus]
In my shoes, just to see, what it's like to be me
I'll be you, let's trade shoes, just to see what it'd be like to
Feel your pain, you feel mine, go inside eachothers minds
Just to see, what we find, look at shit through eachothers eyes
But don't let them say you ain't beautiful
They can all get fucked, just stay true to you
Don't let them say you ain't beautiful
They can all get fucked, just stay true to you


[Verse 2]
I think I'm starting to lose my sense of humour
Everything's so tense and gloom, I
Almost feel like I gotta check the temperature of the room
Just as soon as I walk in, It's like all eyes on me, so I try to avoid any eye contact
Cause if I do that it then it opens the door for conversation, like I want that
I'm not looking for extra attention, I just wanna be just like you
Blend in with the rest of the room, maybe just point me to the closest restroom
I don't need no fuckin' man servant, tryna follow me around and wipe my ass
Laugh at every single joke I crack, and half of them ain't even funny, like "AAHHHHH!
Marshall, you're so funny man, you should be a comedian, god damn!"
Unfortunately I am, I just hide behind the tears of a clown
So why don't you all sit down, listen to the tale I'm about to tell, hell
We don't gotta trade our shoes, and you ain't gotta walk no thousand miles

[Chorus]
In my shoes, just to see, what it's like to be me
I'll be you, let's trade shoes, just to see what it'd be like to
Feel your pain, you feel mine, go inside eachothers minds
Just to see, what we find, look at shit through eachothers eyes
But don't let them say you ain't beautiful
They can all get fucked, just stay true to you
Don't let them say you ain't beautiful
They can all get fucked, just stay true to you


[Verse 3]
Nobody asked for life to deal us with these bullshit hands we're dealt
We gotta take these cards ourselves, and flip them, don't expect no help
Now I could of either just sat on my ass, and pissed and moaned
Or take this situation in which I'm placed in, and get up and get my own
I was never the type of kid to wait by the door and pack his bags
Or sat on the porch and hoped and prayed for a dad to show up who never did
I just wanted to fit in in every single place, every school I went
I dreamed of being that cool kid even if it meant acting stupid
Aunt Edna always told me, keep making that face til it gets stuck like that
Meanwhile I'm just standing there holding my tounge, tryna talk like BLEGH!
Then I stuck my tounge on that frozen stop sign pole at eight years old
I learned my lesson then, 'cause I wasn't trying to impress my friends no more
But I already told you my whole life story, not just based off my description
Cause where you see it form where you're sitting, is probably 110% different
I guess we would have to walk a miles in eachothers shoes at least
What size you wear, I wear 10's, let's see if you can fit your feet

[Chorus]
In my shoes, just to see, what it's like to be me
I'll be you, let's trade shoes, just to see what it'd be like to
Feel your pain, you feel mine, go inside eachothers minds
Just to see, what we find, look at shit through eachothers eyes
But don't let them say you ain't beautiful
They can all get fucked, just stay true to you
Don't let them say you ain't beautiful
They can all get fucked, just stay true to you


[Outro]
Lately I've been hard to reach
I've been too long on my own
Everybody has a private world
Where they can be alone
Are you calling me
Are you trying to get through
Are you reaching out for me
I'm reaching out for you


Yeah, to my babies, stay strong, dad will be home soon
And to the rest of the world... God gave you them shoes, to fit you
So put them on and wear them... be yourself man, be proud of who you are
Even if it sounds corny... don't ever let no one tell you, you ain't beautiful.


Eminem oui. Un artiste sans nulle doute possible.
Personne n'est sans savoir que le rap, ne fais pas vraiment partie de mon répertoire. Pourtant lui, ses oeuvres, je les aimes. Car oui, pour moi, ce sont des oeuvres. Ce qu'il arrive à écrire, sa façon de jouer avec les mots, m'impressionne. Et ce même si ce n'est pas ma langue.
Je comprend que tous n'aiment pas ce qu'il fait. C'est un personnage très controversé.
Moi j'aime, il reste dans sa voix, ca me plait. Ce qu'il exprime me parle. Et ce depuis toujours.

Pourquoi cette chanson ? Parce que. C'est tellement ce que j'essaye d'exprimer ces derniers temps. Ce que j'aimerais faire comprendre aux autres. A mon échelle bien entendu. Je ne suis pas Lui. Vous comprennez ?
Quel que soit la voix qu'on a choisi, au final on vit les mêmes choses juste à des échelles différentes.
Ca m'effraie et me rassure.
Il écrit pour extérioriser et met tous ca à la face du monde, comme moi j'écris sur mon blog. Ce n'est pas la même échelle, mais le but est le même. Vous saississez ?
Je suis sure que beaucoup de monde trouveraient des choses dans ce texte.

En ce moment je ne vais pas très bien. Et c'est lui que j'écoute, c'est lui qui me parle. J'espère qu'il me donneras la force qu'il me faut pour me reprendre en main. Il le faut, mais je n'y arrive pas. J'ai besoin d'aide, mais je ne sais pas de quelle aide il me faut. Je ne sais même pas ou se trouve mon problème. Disons que celui que je trouve, je ne peux pas accepter que ca soit cà, qui me foute en l'air.
C'est comme il le dit : " But don't let them say you ain't beautiful, They can all get fucked, just stay true to you".
Vous comprennez ?

Il n'y a que dans la musique, que je trouve du réconfort en ces derniers temps. La faute n'est pas à mes amis, loin de la. C'est juste que je ne sais pas moi même ce que j'ai. Comment pourrais je alors simplement leur demander de m'aider. Alors c'est dans la musique que je cherche. Peut être que elle, me donneras des réponses. Elle m'en a toujours donner, dans toutes les circonstances.

Je le respect infiniment.

Mao.

[Précept Yin: Ayez toujours sur vous la liste des fruits yin:
banane, poire, pastèque, citron, kaki,
mangue, mandarine, melon, pomme, poire...]
Repost 0
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 22:11
[Précepte Yang: Le courage, l'abnégation, l'altruisme, le don de soi, le sens du sacrifice et l'amour des autres dont font preuve certaines personnes sont des qualités communes à tous les êtres humains. Avez vous  déjà pensé qu'elles sont enfouies quelque part au fond de vous ?]


On rêve tous qu'un jour on vienne nous murmurer des mots bien particulier au creux de l'oreille.
Ces mots que nous seul connaissons. Ces mots qui nous feront fondre, qui nous exciterons, qui nous libérerons.
Ces mots sont différents pour chacun d'entre nous.
Nous attendons ces mots de personnes bien particulière, sans pour autant en connaître l'identité.

J'ai été choquée quand j'ai découvert le dernier album de Muse. Une de leur chanson m'a littéralement fait flanchée. Me plongeant dans une réflexion et un engrenage d'imagination débordant.

Cela fait des mois que je l'écoute. Je n'en parle que maintenant.
Il faut bien comprendre que c'est perturbant d'entendre "Ces" mots, dans une chanson. C'est libérateur, mais c'est frustrant. Incroyablement frustrant. Ça veux dire quand même que la seule personne qui a eu l'idée de les dire est actuellement un chanteur mondialement connu.
Vous saisissez le côté frustrant de la chose ?

Bien entendu, cette chose ne fut pas écrite pour moi. Ou alors j'ai rencontré Bellamy sans le savoir.
Quoi qu'il en soit, maintenant ça ne rate pas. Quand j'ai envie d'un peu de rêve et de fantasme, je ferme les yeux et j'écoute cette musique.
Elle me transcende et me fais vibrer. Le coeur et l'âme.

On attend tous un jour d'entendre "ces" mots.
Mais bien souvent nous ignorons ce qu'ils sont. Nous le découvrons en les entendant.
Sauf que moi, je les connaissais déjà avant.
L'avantage (inconvénient ?) d'avoir rêver énormément sa vie et d'avoir imaginer nombreux scénario. On fini par trouver des vérités.

Et vous, savez vous quels sont les mots que vous attendez ?
Par quel genre de personnes ils doivent être prononcé ?
On vous les as déjà dit ?
Qu'est ce que ça vous as fait ?

Mao.

[Précepte Yin : A quel moment de votre journée êtes-vous vivant ?
A quel moment êtes-vous mort ?

A quel moment renaissez-vous ?]
Repost 0

En Bref

  • : Mao's Spirit
  • Mao's Spirit
  • : Unsere Zeit. La vie est faite d'éternels recommencement.
  • Contact

Musique

Catégories